Les lames du cardinal

Image

Il y a quelques temps, je découvrais un jeu de rôle de ce nom. En lisant l’introduction, j’apprenais qu’il état le prolongement d’une série de livre. Bref, je me suis précipité à la bibliothèque municipale et je les ai empruntés.

Je n’ai pas eu tord. Ils furent très agréables à lire, du pur cape et d’épée teinté de magie et de dragon. On y suit les missions d’une équipe d’agents secrets au service du Cardinal de Richelieu. Ils sont le parfait stéréotype d’un groupe de jeu de rôle: le stratège, le médecin, tous complémentaires et bien sur meilleur que la moyenne en pas loin de tout. Personnellement, cela ne me dérange pas, mais j’ai lu des critiques à ce sujet.

Personnellement, ce n’est pas ce qui m’a gêné, ce qui m’a ennuyé, c’est plus les interminables description des itinéraires dans Paris. Chaque fois que les héros vont d’un point X à Y, on a le droit au nom des rues qu’ils traversent, où elles se situent. C’est sympa au début mais à la fin cela donne une impression de longueur.

Quatrième de couverture made by amazon1633, sous le règne de Louis XIII. Le cardinal de Richelieu veille à la bonne marche du royaume de France, de plus en plus menacé par l’Espagne et ses nouveaux alliés : les dragons. Or, à situation exceptionnelle, moyens exceptionnels : le Cardinal se voit contraint de faire appel à une compagnie d’élite qu’il avait lui-même dissoute. Sous le commandement du capitaine La Fargue, les bretteurs les plus vaillants et les plus intrépides que possède le royaume sont ainsi réunis pour former à nouveau les redoutables Lames du Cardinal. Premier tome d’une série qui rend brillamment hommage aux meilleurs romans de cape et d’épée, Les Lames du Cardinal est une œuvre de fantasy historique remarquable, justement récompensée par le prix Imaginales des lycéens 2009 en France et le Morningstar Award 2010 du meilleur nouvel auteur en Grande-Bretagne, puisque le livre a déjà été traduit en anglais ainsi que dans neuf autres langues.