Valdemar, encore…

En Europe, les éditions Milady ont commencé à rééditer la saga de Valdemar. Je l’ai quittée avant d’avoir pu les racheter tous et surtout les relire tous. J’ai donc continué à les lire en arrivant ici et cette fois en anglais. Toujours aussi bien, 4 jours pour lire cet tome: Winds of fate.

Winds of fate est centré sur Elspeth, l’héritière qu’on a pu déjà découvrir dans la trilogie des flèches. Elle est devenue tout ce que pouvait espéré une mère reine: un esprit brillant, une excellente guerrière et une dévotion à son peuple sans faille. Valdemar est sous le coup de la grave menace d’Ancar, la solution est de ramener la magie dans le royaume et c’est à Elspeth de trouver le mage qui éduquera tout ce petit monde. Et comme madame se devait d’avoir tous les talents, elle a bien entendu le potentiel de devenir un très puissant mage. Mis à part ce coté d’Elspeth qui est la démonstration du gros bill en jeu de role, j’ai aimé le livre, le fait qu’un chapitre sur deux soir sur Elspeth et l’autre sur Darkwind (aussi un exemple de gros billisme). Je pense que c’est une des raisons pourquoi j’ai  lu si rapidement. On lit plus vite pour revenir à l’autre histoire.

Comme on le comprendras aisément au brouillis qu’est le paragraphe précédent, j’ai aimé l’histoire, les caractères secondaires sont attachants et intéressants. J’avoue que les deux personnages principaux eux ont le défaut d’être trop des héros, parfaits jusqu’à leur faiblesse qui sont quand même des forces… Bref, c’est un livre qui se lit avec beaucoup de plaisir…

Allez le résumé des pages françaises de la science fiction.

Ballotée par les vents du destin, Elspeth, héritière du trône de Valdemar, cherche désespérément un mage capable de s’opposer aux puissances noires qui menacent son pays.

Au centre des terres interdites du clan des K’Sheyna, elle découvre un univers vieux de plusieurs millénaires, jadis contaminé par une catastrophe surnaturelle. Des races étranges issues des légendes, griffons mages, lézards humanoïdes, guerriers mages y luttent contre des monstres assoiffés de sang et de pouvoir, avide de s’emparer de toute magie pour renforcer la leur. Car près des terres des K’Sheyna règne Mornelithe Tuefaucons le bien nommé, immortel enfant du changement, mélange d’homme et de lynx, qui développe sa puissance comme un chancre malsain, guettant la moindre faiblesse des adeptes du clan, se repaissant de plaisir et de sang.

Prise dans cette guerre, Elspeth va devoir trouver sa propre voie, aidée par une femme fauve, altérée génétiquement par Mornelithe et dont elle ne sait si on peut lui faire confiance, par un guerrier k’sheyna qui a renié ses pouvoirs d’adepte mage, et par des puissances surnaturelles déléguées par les Dieux.

Publicités

Une petite gribouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s