J-21, Petit goût d’Australie

Plus que 21 jours avant le grand départ vers les côtes australes, alors on se prépare. La lecture de ce livre de voyage et de toutes les impressions qui vont avec, présente un visage de l’Australie qui ne donne envie que d’y aller.

Les préparatifs avancent doucement mais surement, les billets d’avion sont en poches après quelques péripéties. On a beau avoir un tout petit appartement, le débarasser n’est pas évident, c’est l’occasion de faire un grand tri.

Mais je digresse, revenons à ce fameux bouquin. Bill Bryson décrit les Australiens avec une grande tendresse, on se demande comment il a pu rentrer, vu tout le bien qu’il pense de ces voisins du dessous. Il ne raconte pas un mais trois voyages qu’il a fait là-bas. Le premier est un long voyage en train de Sydney à Melbourne. Le deuxième est un parcours dans l’Australie civilisée comme il dit. Le troisième voyage se concentre, lui, sur les déserts, le nord, Alice Springs et la côte occidentale.

Une seule chose à dire passionnant! Cela m’a donné envie de lire ces chroniques de l’Amérique.

Présentation de l’éditeur:

« Dans l’avion qui m’emportait vers l’Australie, je me suis aperçu, un peu honteux, qu’une fois de plus j’avais oublié le nom de leur Premier ministre. Cela m’arrive sans arrêt avec le Premier ministre australien : j’enregistre son nom et puis, presque aussitôt, je l’efface de ma mémoire, ce qui me donne un terrible complexe de culpabilité. Parce que j’estime qu’il devrait y avoir au moins une personne qui le connaisse hors de l’Australie… »
Ça c’est du Bryson tout craché, et bien sûr tout son livre sur l’Australie est ainsi. Voilà un pays qui fait rêver, dites-vous ? Sans doute, à part qu’il compte les animaux les plus voraces et venimeux, des déserts où mieux vaut ne pas s’aventurer pour un petit besoin, et puis des drôles de gens, mais tout de même bien attachants quand on arrive à leur faire sentir qu’on ne les considère pas comme des ploucs du bout des antipodes.
Bryson n’est pas vraiment un super-héro, mais il fait quand même tout ce qu’il peut pour devenir un Indiana Jones – mâtiné de Mr Bean… Cette fois il sillonne l’Australie en tous sens et s’attache à en aborder les thèmes les plus divers : faune et flore, bien sûr, mais aussi histoire (d’extraordinaires anecdotes sur l’exploration du coin), économie, sans oublier la « question aborigène », dont il nous révèle les horreurs, ainsi les enfants définitivement arrachés à leurs familles dans les années 1930 pour être « rééduqués ». Car il sait aussi être sérieux, Bryson, et s’il glisse un peu d’humour noir sur quelques thèmes graves de la colonisation, c’est pour mieux nous en faire mesurer l’aberration. Bref, l’Australie est une destination alléchante qu’on finit souvent par écarter de sa liste de projets de voyage à cause du prix. Alors un conseil : acheter simplement le prochain Bryson, vous voyagerez quasiment gratis en Australie…

Publicités

Une réflexion au sujet de « J-21, Petit goût d’Australie »

Une petite gribouille?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s