Minimalist Baker

C’était d’abord un site internet:

logo

 

dont je suis une grande fan. Je ne suis pas vegan loin de là, végétarienne non plus… juste assez écolo pour avoir diminué ma consommation de viande. Je n’en cuisine plus et c’est uniquement de sortie ou en visite que j’en consomme, trop sociale pour passer le cap.

Dana Shultz,, elle est complètement végétalienne, et est la créatrice de ce site, j’ai déjà fait beaucoup de ses recettes et pour une fois, je ne les manque pas, ce qui m’arrive facilement avec les recettes trouvées sur internet. Ce que j’apprécie particulièrement c’est qu’il n’y a pas du tout de propagandisme… C’est juste des recettes et ses commentaires extatiques par rapport à ses nouvelles réalisations.

Quand j’ai appris qu’il y allait avoir un livre, je ne me suis pas demandée deux fois si j’allais l’acheter. C’était presque un juste émolument pour les nombreuses recettes du site que j’avais faites… Que dire les recettes du livre sont juste parfaites, elles m’ont même remotivée à cuisiner pour moi tous les soirs…

Je m’en suis donc lancée un défi, à la Julie dans « Julie et Julia » faire toutes les recettes du livres en une année. L’exploit est bien sur moindre, il y a 101 recettes. J’ai fait la première recette le 23 mai… déjà 7 autres ont suivis et plusieurs sont sur les starting blocks.

Processed with MOLDIV

J’ai commencé avec les biscuits aux cacahuètes, plusieurs plats salés… je pensais donner des notes mais j’ai toujours envie de donné 5 étoiles, bref cela ne servirait à rien. Le dernier repas est appelé bol de burrito pour les soirs de semaine. J’avais tous les ingrédients et je me disais que cela me prendrais beaucoup de temps avec juste 5 différents éléments… finalement en une demi-heure c’était putzé et encore plus vite mangé.

Mes seules petites accommodations est que je mets toujours moins de piments que prévu, quand elle demande ses fameux piments sauce adobo, je prends une cuillère à café de paprika fumé et pour les « oeufs vegans » ou flax-egg, c’est devenu des chia-eggs, donne moins de goût mais est tout aussi efficace pour lier la patisserie.

Dommage pour l’instant il n’existe qu’en anglais…

En conclusion, 8 de faits, 93 encore à faire… demande de faire deux recettes par semaines… cela devrait jouer…

Idée dessert pour grande tablée

Ah ces fêtes de Noël, on se réunit avec les cousins et la marmailles. Bref, on est 11 adultes, 14 enfants et comme pour augmenter le plaisir, on se retrouve en charge des desserts.

Comme d’habitude, tout le monde aura déjà tellement mangé qu’ils n’auront plus qu’un minuscule appétit. Tout doit être prêt à l’avance et emmené dans une salle sans moyen de cuisson. Beaucoup d’éléments pour se prendre la tête mais finalement une solution simple qui surprend tout le monde et plus surprenant qui plait à tout le monde:

Les crêpes et leurs farandoles de garnitures…

File 20-12-15 19 45 10

On a fait la recette de Julia Child pour les crêpes qui est immanquable, une américaine qui vous apprend à faire les crêpes… mais je ne démord pas de cette recette. On s’est même amusé à en recuire un petit nombre au four pour faire des petites coupes.

La liste des accompagnements:

  • Ananas Basilic
  • Pommes caramélisées à la cannelle
  • Banane flambée au jus d’orange et Grand-Marnier
  • Sauce au citron
  • Nutella maison
  • Glace vanille et son coulis de fraise

Grand avantage, si les gens ne sont pas intéressés par les crêpes, il y a toujours la garniture toute seule… pas folle la guêpe. Il n’y qu’une personne qui a râlé que ce n’était pas sain, les autres lui a répondu « Bien sur que si, il faut juste te contenter des bananes flambées et des ananas basilic… » Merci Messieurs.

Bref une idée simple, qui a bien réussi… à retenir pour une prochaine fois avec une autre partie de la famille…

Recette de Julia Child pour les crêpes.

  • 1 tasse d’eau
  • 1 tasse de lait
  • 4 oeufs
  • 1 tasse et demi de farine une pincée de sel
  • 1 pincée de sel
  • 4CS de beurre fondu

Les quantités sont bien entendues en tasse, auteure américaine oblige

  1. Mélanger dans un bol l’eau, le lait et les oeufs
  2. Mélanger dans une terrine la farine et le sel et faire un trou au milieu
  3. Ajouter le liquide lait-eau-oeuf aux « poudres » en ne cessant jamais de mélanger.
  4. Enfin ajouter le beurre fondu
  5. Et Hop! à la crépière légèrement beurrée

Je sais que tout le monde connaît la recette des crêpes, mais celle-ci est vraiment inratable et je ne sais pas pourquoi, celle-là je la connais par coeur…

Les livres de la Sor’cière ou la série « Les bannis et Les proscrits »

Le Feu de la Sor'cièreLes bannis et les proscrits est une série romantique médiéval-fantastique de cinq livres. Elle est articulée autour d’une jeune fille qui hérite de pouvoir magique perdu depuis des siècles et qui fait d’elle le point centrale de prophéties présente dans toutes les cultures et les espèces de ce monde.

L’héroïne est Elena Morin’stal, oui l’auteur ou le traducteur a une fascination pour les apostrophes, une jeune fille paysanne qui a vécu une vie normale jusqu’à l’aube de sa puberté. Elle hérite à l’éclosion de cette dernière de pouvoirs magiques anciens qui font d’elle l’élément névralgique de la révolution de son monde.

Heureusement, les livres ne sont pas que centrés sur elle. Comme dans toute quête, elle rencontre au fur et à mesure de l’histoire d’autres personnes qui malgré elles sont aussi les prisonniers de ces prophéties. Ce n’est pas au point de Game of Throne où le protagoniste change à chaque chapitre, mais chaque livre est divisé en trois voir 5 parties. C’est quelques choses que j’ai beaucoup aimé. L’autre petite particularité que j’ai beaucoup aimé était que quand on ouvre le premier, on est un peu surpris, le préambule est un avertissement sur le parchemin traduit que nous nous apprêtons à lire, ensuite, nous avons le monologue d’un homme qui se prépare enfin à raconter l’histoire de la Sor’cière. Bref, trois niveaux de narration, même si les deux premiers ne sont présents qu’au début et à la fin.

J’ai beaucoup aimé, je lis principalement dans les transports publiques et j’en ai loupé quelques fois mon arrêt. Les personnages sont bien décrits et aucun n’est parfait ce qui est toujours agréable, ils sont tous toujours dans la limite entre leur intérêt personnel et l’intérêt général. Parce que oui, ici, c’est une histoire où on sauve le monde ou pas…

Sor'cière

Cyclique ou les mordus (tordus?) de la petite reine

poster_cyclique-212x300Soyons honnête sans l’Ogre, je ne serais jamais allée voir ce film, un documentaire qui parle des courriers à vélo à Lausanne. Je ne déteste pas le vélo, ni les documentaires, ni Lausanne, quoique Lausanne à vélo oui, mais ces trois éléments n’avaient rien de très aguicheurs.

Lausanne est une ville suisse au bord du lac et en pente, bref l’enfer du vélo. La conséquence est que si vous choisissez d’être courrier à vélo dans cette ville, c’est que soit vous aimez relever les défis soit vous êtes un peu fou, soit un peu des deux. Et c’est un peu le cas des personnes que vous suivez dans ce reportages, un très paumés dans tous les aspects de sa vie, une qui subvient à ses besoins en attendant de trouver le job de ses rêves. C’est parfois drôle, parfois mélancolique, ce veut un peu philosophique, mais ce fut très intéressant. On est beaucoup sur les pensées, les sentiments de ces coursiers à vélo. J’aurais bien aimé voir un peu plus cette petite communauté qu’ils forment entre eux, on l’entraperçoit mais c’était trop bref à mon goût.

En conclusion, c’est un très bon documentaire, je n’ai pas vu le temps passé.

Maman et enfants

Cela fait définitivement bien longtemps que je n’étais pas venu posé ma petite patte par ici. Il faut dire qu’un retour sur l’hémisphère nord, un nouveau boulot et finalement un nouvel appartement n’ont pas aidé. Maintenant que je suis enfin, presque, bien installé, l’envie de raconter mes bêtises m’est revenue.

Aujourd’hui, ce sera d’un de mes plus vieux hobbies, la cuisine et celle d’un pays que j’aime particulièrement: le Japon. Et je parles bien de toute la cuisine japonaise pas que des sushis, même si j’en raffole.

Ce soir, pour le premier dîner où j’invitais mon père, j’ai choisi un petit plat très à propos Oyakodon ou traduit bol de maman-enfant. C’est à dire poulet et oeufs. Très simple mais un délice, gros avantage à part le poulet et les oeufs, j’avais tout à la maison.

IMG_1680

En cadeau sur la photo, vous avez même la recette. Bon vu que les ingrédients sont difficiles à lire, je vais vous les répéter ici, en français:

  • 350g de poulet, il parle du poulet foncé, mais ce sont des morceaux qu’on ne trouve pas facilement en Suisse.
  • ~600 g de riz cuit
  • 1/2 poireau, mais un oignon nouveau ira bien mieux, les poireaux japonais sont en général très fin.
  • 1 bouquet de mitsuba, une herbette que j’ai laissé tombé car impossible de mettre la main dessus.
  • 4 oeufs
  • pour la sauce
    • 260 ml de bouillon japonais appelé dashi
    • 3 CS de mirin un alcool japonais très sirupeux
    • 3 CS de sauce soja

Bref à part le mitsuba, maintenant on trouve tous ces ingrédients dans le supermarché du coin, un des rares avantages de la mondialisation…

Le Hobbit et la bataille des cinq armées

2015/01/img_0153-0.jpgJe dois bien être une des dernières à être allée le voir, mais je ne regrette pas. Ce serait rester sur sa faim que de voir les deux premiers (subi dirait C&T) et ne pas voir le dernier. J’ai bien aimé, un peu comme pour les deux premiers mais ce ne sont définitivement pas les chefs d’œuvre qu’étaient la trilogie du seigneur des anneaux. Bon, le pari de faire d’un bouquin court et visant les adolescents en un film en trois parties était risqué.

Personnellement, j’ai un excellent souvenir du livre et je l’avais beaucoup préféré à ceux de la trilogie et bien pour les films ce sera l’inverse. Je revois avec plaisir les films des seigneurs des anneaux, ceux du Hobbit resteront au magazin. Le livre avait un côté léger a mon souvenir et ils ont voulu le rendre plus sombre comme celui du seigneur. Quel dommage!

Je ne sais pas si mon manque d’engouement vient de mon souvenir peut-être enjolivé du bouquin, mais même si le film n’est pas mauvais, que j’ai passé un bon moment. Je reste dubitative. C’est aussi un peu pour cela que même ce post n’est pas très cohérent…

Bref, Je ne vous ferais pas le résumé, tout le monde le connaît..

X-men: days of futur past

ImageEn bonne fan, je me suis précipitée au cinéma pour le voir. Je n’ai pas été déçue. J’ai trouvé le scénario excellent. J’ai eu un bon coup d’hilarité quand Wolverine redécouvre les fringues des années 70. C’était aussi sympa de retrouver certains des acteurs de la première série de films.

Maintenant pour la petite histoire, cela commence dans le futur où les mutants sont pourchassés et exterminés. Ils ont déterminé l’instant dans le passé qui est l’élément déclencheur et vont renvoyer l’un d’eux dans son corps de l’époque où il devra essayer de changer les choses pour que ce futur n’existe plus.

C’est très résumé, c’est une trame bien connue, mais ils l’ont très bien exploitée. Il n’y a qu’un couac… c’est sensé respecter les événements des quatre précédents films, il y a même quelques flashbacks des précédents film, mais dans ce cas là, que fait le Professeur X vivant dans le futur. Si je m’abuse, il meurt bien dans X-Men: the Last Stand.

Je suis allée le voir en 3D, parce que c’est celui qui correspondait le mieux à mes horaires. Je ne suis pas convaincue de son utilité dans ce film. C’est assez excellent pendant les cinq premières minutes du film, mais après cela perd tout intéret.

Bref, si vous avez aimé les précédents et en particulier X-Men: Origin, vous allez aimé celui-là.